5 astuces green pour sa salle de bains

Et si on réduisait considérablement nos déchets de salle de bains pour la planète et notre conscience écologique ? Aujourd’hui, éviter de trop remplir sa poubelle est possible, il suffit juste d’adopter quelques bons gestes. Voici nos 5 astuces green pour une jolie salle de bains et pour se débarrasser de quelques mauvaises habitudes.

Adieu le coton jetable, bonjour les carrés lavables

Plus que mauvais pour la planète (oui, la fabrication du coton est très polluante), il est préférable de tirer un trait sur les disques de coton. Oui mais par quoi les remplacer ? Vous avez deux solutions : les carrés lavables ou le gant démaquillant. Concernant la première option, de nombreux e-shops spécialisés dans le bio et l’écologie proposent des petits carrés lavables comme ceux des « Tendances d’Emma ». Pour le gant démaquillant, c’est pareil : vous pouvez en trouver partout, même dans votre Monoprix du coin à moins de 15€. Résultat ? Vous réalisez des économies et agissez intelligemment pour notre belle planète.

Les cosmétiques solides ont leur place dans les placards

Et si l’on arrêtait de multiplier les shampooings, gels douche et autres soins sur le rebord de la baignoire ? C’est une excellente idée si vous avez envie d’avoir une salle de bains plus green que jamais. Pour remédier à cet excédent de packagings colorés, on peut se tourner vers les cosmétiques solides. Parmi les marques plus que tendance qui en proposent on trouve Lamazura et ses coffrets « Zéro déchet », Clémence et Vivien marque spécialisée dans les déodorants solides et les savons à froid ou encore Secrets de Provence pour leurs pains dermatologiques certifiés bio.

Se tourner vers une brosse à dents recyclable

Les brosses à dents en plastique sont une source de pollution gigantesque. Sachez que la quasi-totalité de ces brosses à dents classiques ne sont pas recyclées, car elles sont composées de plusieurs types de plastique. Vous l’avez compris, il est l’heure de choisir une brosse à dents qui se recycle et qui se veut biodégradable. My Boo Company (petite marque Nantaise) vous permet de passer au bambou et de ne plus utiliser le plastique.

Et pourquoi pas la cup ?

Sur Internet, la cup fait beaucoup parler d’elle. Pourquoi ? Tout simplement parce que la pollution liée à la production des protections hygiéniques donne des vertiges. D’après les spécialistes du site Conso Globe, il faudrait 500 ans pour que tampons et serviettes se dégradent. Suite à ces révélations, les plus sensibles à l’écologie se sont fait entendre et ont mis en avant le pouvoir de la cup ! Sur YouTube, les femmes parlent ouvertement de cette petite coupe menstruelle qui dure des années.

L’oriculi, l’alternative au coton-tige

Autre objet qu’il ne faut pas hésiter à bannir : le coton-tige. Polluant au possible, cet objet dont il est difficile de se passer peut être remplacé par un oriculi. Mais qu’est-ce que c’est ? Il s’agit d’un ustensile qui permet de bien nettoyer les oreilles, mais de manière écologique. Sur le plan économique, c’est tout aussi intéressant car cet objet (vendu à moins de 5€) est utilisable à vie à condition de le nettoyer correctement. N’oubliez pas, le cérumen permet de protéger le tympan. N’allez donc pas trop en profondeur et n’enlevez que le cérumen qui se trouve en surface.