Barre au sol : les réponses aux questions que l’on se pose tous

Audrey Roehrich est danseuse de formation et prof de barre au sol au Tigre à Paris. Vous rêviez de devenir danseuse étoile enfant ? Elle vous dira qu’il n’est peut-être pas trop tard ! La barre au sol, antichambre de la danse classique, est accessible à tous et promet une silhouette de rêve ! Voici les réponses d’Audrey Roehrich aux questions que l’on se pose tous sur la barre au sol.

Holissence : Comment devient-on prof de barre au sol?

Audrey Roehrich : Je fais de la danse classique depuis que j’ai 4 ans ! J’ai toujours aimé danser. J’ai fait sport-études à partir de la 5e, et à 15 ans je me suis dirigée vers le jazz et la danse contemporaine parce que j’avais un corps assez athlétique pour le classique. Je me suis assez vite formée pour enseigner, au Centre National de la Danse. J’ai travaillé à Disney, j’ai enseigné le classique à des enfants puis très vite je suis devenue prof de barre au sol pour des particuliers.

J’ai été la prof de Carine Roitfeld (ndlr : ex-rédactrice en chef de Vogue) pendant plus de 5 ans, qui m’a introduite à son réseau, des personnalités de la mode et du cinéma. Puis, j’ai rencontré Elodie Garamond (ndlr : fondatrice des studios Tigre à Paris), et nous avons eu cette envie de démocratiser la pratique de la danse et de la barre au sol, de prouver que c’était accessible à tous. J’enseigne au Tigre depuis 5 ans désormais.

Holissence : Concrètement, c’est quoi la barre au sol ?

Audrey Roehrich : La barre au sol, ce sont les échauffements des danseurs professionnels, mais adaptés à tous et à toutes. Il s’agit d’un renforcement très ciblé des abdos, des bras, des cuisses etc. Le travail est fait de façon fractionné, il est donc très facile à comprendre et à suivre.

Holissence : Pourquoi parle-t-on d’une “barre” alors ?

Audrey Roehrich. La “barre” veut dire “échauffement” dans le langage de la danse. Pour la danse classique, la barre est concrètement accrochée au mur, on s’appuie dessus pour faire les exercices. Pour le jazz ou la danse contemporaine, elle est symboliquement au milieu. On travaille donc sans la barre, on est plus en recherche de l’équilibre. Et puis il y a la barre au sol, qui va donc être la session d’échauffement, et concerne tous les exercices au sol.

 

Holissence : Quelle est la différence entre la barre au sol et la danse classique ?

Audrey Roehrich : Il n’y en a pas à proprement parler parce que la barre au sol est l’étape qui prépare à la danse. Mais dans les faits, la barre au sol est beaucoup plus facile que la danse en elle-même car comme son nom l’indique elle s’effectue au sol; on a donc plus de liberté de mouvement, pas de problème d’équilibre ni de coordination. La barre au sol travaille l’endurance, la grâce et le maintien, tout comme la danse.

Holissence : Quels sont les mouvements de base de la barre au sol ?

Audrey Roehrich. Il y a autant de barre au sol que de profs, mais je dirais que nous employons tous le même vocabulaire. “Plié”, “Tendu”, “Pointe”, “Première”, “Couronne”, “Arabesque”, “En dehors”, “Seconde” constitue la grammaire de la barre au sol. Autour de ça, chaque prof vient développer un récit différent. Mais un exercice type peut ressembler à un enchaînement Plié / Tendu / Flexe / Pointe qui sera effectué assis, allongé et sur le ventre.

Holissence : Quel type de muscles est sollicité pendant un cours de barre au sol ?

Audrey Roehrich : À chaque fois, tous les muscles de la posture sont activés. Il s’agit donc du dos, de la ceinture abdominale, de la ceinture pelvienne, du transverse, des jambes, des cuisses, des bras et du cou. Globalement, il n’y a pas beaucoup de muscles qui ne sont pas sollicités ! C’est une pratique très complète qui permet d’étirer et de gainer les muscles. La barre au sol permet véritablement de dessiner la silhouette.

Holissence : Complète mais très calme, de quel autre type de pratique la barre au sol est-elle complémentaire ?

Audrey Roehrich : La barre au sol est très complémentaire avec les pratiques dites très “yang”, donc intenses, comme le yoga ashtanga par exemple. Je conseille aussi la pratique de la barre au sol aux personnes qui pratiquent des activités cardio telles que le trail ou le TRX. Les exercices vont leur apporter un souffle et des étirements féminins que je trouve toujours intéressants à développer.

Holissence : Exigeante et parfois considérée comme élitiste, la barre au sol est-elle accessible à tous/toutes ?

Audrey Roehrich : Je suis intimement convaincue du fait que la barre au sol est pour tout le monde ! On n’est pas du tout essoufflé, ni en nage après un cours de barre au sol. On peut commencer à tout âge et je pense que c’est un énorme avantage. Tout le monde peut se mettre à la barre au sol car il existe des cours de tous niveaux, et ce même si on n’a jamais dansé, même si on ne sait pas ce qu’est une couronne !

Holissence : La barre au sol est-elle une pratique 100% féminine ?

Audrey Roehrich : Il y a des hommes qui viennent essayer mais ils ne reviennent jamais (rires) ! Ceux qui viennent régulièrement sont déjà danseurs… Donc je dirais que oui, c’est une pratique plutôt très féminine. J’invite toujours les petits garçons à faire de la danse, qui est vraiment une pratique mixte, mais la barre au sol uniquement les intéresse peu. On travaille les bras du cygne, les fesses etc, ce qui intéresse peu les hommes soyons honnêtes…

Retrouvez les cours de barre au sol d’Audrey Roehrich au Tigre à Paris.