Gastronomie française 100 % végétale

La gastronomie française peut-elle être healthy ? C’est le challenge relevé par Rebecca Leffler. Cette américaine parisienne revisite les classiques, mais sans gluten, sans sucre et sans produits d’origine animale… qu’elle remplace par beaucoup de légèreté et de bonne humeur. Nous l’avons rencontrée.

Qu’Auguste Escoffier se retourne dans sa tombe aurait tendance à la faire rire. Car Rebecca Leffler ne se prend pas au sérieux. On ne la connaît pas depuis cinq minutes qu’elle propose de se tutoyer… Cette autrice et journaliste n’en est d’ailleurs pas à son coup d’essai : elle a déjà publié Green Glam & Gourmande. Pour elle, manger doit avant tout être un plaisir. Et son dernier livre, Nouveau manuel de la cuisine végétale – la gastronomie française à la mode super healthy en donne franchement envie.

Rebecca Leffler

D’où t’est venue l’idée d’écrire ce livre ?

Quand j’ai écrit Green Glam & Happy, la France était un peu en retard sur le reste du monde pour l’alimentation healthy. A l’époque, mes éditrices ne voulaient pas que je parle de chou kale, car on n’en trouvait pas en France… Mais depuis, tout a changé, on trouve des bars à jus à tous les coins de rue, les super aliments sont connus et vous pouvez commander une assiette végétarienne au bistrot sans passer pour une extraterrestre. En même temps, j’ai beaucoup d’amis qui veulent manger de manière plus saine, tout en disant qu’ils manquent de temps et qu’ils sont trop attachés aux plats traditionnels (« Je vais mourir si je ne mange pas de raclette cet hiver ! »). J’ai voulu montrer que l’on pouvait adorer la gastronomie française et bien manger.

Justement, que leur conseilles-tu? 

Le bon départ, c’est de ne pas se dire que l’on va manger sans sans sans. On a l’impression de se priver et on finit triste et déprimé. Il vaut mieux se dire que l’on va s’offrir de bons produits de saison, découvrir de nouveaux ingrédients et se faire plaisir. La deuxième astuce, c’est de commencer par le matin : c’est le moment le plus facile à contrôler. On peut même préparer son petit-déjeuner la veille, un porridge par exemple. Et quand on mange sain le matin, on a faim moins rapidement et on a moins tendance à se jeter sur la junk food le reste de la journée.

Comment fais-tu pour simplifier la cuisine ?

L’alimentation healthy n’est ni compliquée ni bizarre : si l’on cuisine simplement des produits de saison, on a tout bon. Il suffit d’une protéine de base – un riz ou un quinoa bien cuit, de légumes de saison… Et d’une sauce fine, comme la hollandaise au tahini, la béchamel aux noix de cajou ou un pistou pour twister. C’est comme un vestiaire : il faut de bons basics que l’on complète d’accessoires. Le quinoa, c’est la petite robe noire. Après, les possibilités sont endless !

Si tu ne devais garder qu’une recette de ton livre ?

(Elle râle pour la forme : « c’est comme demander lequel de tes enfants tu préfères ! »)

Le lait végétal. On peut ajouter de la cannelle et du gingembre pour lui donner un peu de pêche, un peu de super food comme le macha, des fruits et légumes pour un plat complet, de l’avocat et du chocolat pour une mousse… Le lait végétal, c’est la base de tout !

Un seul ingrédient ?

La noix de coco sous toutes ses formes : en huile, en lait, en eau. Elle remplace le beurre, le lait, la crème…

Un dernier message pour les lectrices d’Holissence ?

N’oubliez pas de vous faire plaisir ! La bonne nouvelle, c’est qu’on trouve plein d’ingrédients facilement. Et on se stresse, mais en réalité, il faut juste arrêter de culpabiliser. Si le gluten vous donne des ballonnements, arrêtez. Et si ça vous fait du bien, c’est que c’est bon pour vous. Il faut juste trouver ce qui vous fait du bien. Keep calm et mangez français !