Manger cru : la tendance raw food

Le saviez-vous ? Au-delà de 48°C de cuisson, certains enzymes contenus dans les aliments disparaissent. Pour en profiter au maximum, mieux vaut donc manger cru, comme le prône la tendance raw food… Découverte d’une mode culinaire qui promet énergie et longévité.

Cru, ou presque

Il ne s’agit pas tant de manger cru que de choisir des ingrédients non raffinés, non industrialisés, fraîchement cueillis. Bref, les plus sains possibles. Quant à leur transformation, l’idée est de garder le maximum de bénéfices, en ne dépassant pas les 47,8°C fatidiques (pour les enzymes qui accélèrent la digestion et facilitent l’assimilation des nutriments).

Déshydrateur, blender, extracteur et thermostat à température variable sont les ustensiles alliés de la tendance raw food. Côté matières premières, on mise beaucoup sur les fruits et les légumes (notamment les légumes verts), peau comprise. On complète avec des légumineuses, des graines (éventuellement germées), des algues, des sucres naturels (miel, sirop d’érable ou d’agave), des graisses saines (huiles végétales) et des super food. Surtout, on oublie les produits laitiers, le sel, le sucre et tout ce qui est d’origine animale.

Premiers pas

Gwyneth Paltrow, Beyoncé et Demi Moore seraient des adeptes de ce régime lancé en Californie dans les années 1950. Pour s’y mettre, il faudra passer derrière les fourneaux (même s’ils ne sont pas très chauds)… Plusieurs livres permettent de trouver l’inspiration. On pense par exemple à Crudessence, de Mathieu Gallant et David Cote, ou Raw Food : 50 recettes simplement crues, de Violaine Bergoin.

Enfin, pour celles qui veulent goûter sans passer trop de temps en cuisine, plusieurs restaurants ont récemment ouvert dans cette mouvance, comme 42 Degrés, Rawcakes (spécialisé dans le sucré), ou simplement, Raw. On peut même snacker raw, avec les biscuits Biscru (betterave et carotte, sésame et coco, courgette et curry…), les barres Gourmies ou les inventions cacaotées de Rrraw. De quoi croquer cru!