Maryll Beaux, une entrepreneuse engagée

Qui êtes-vous Maryll ?
Je suis la fondatrice d’Amalthea, une nouvelle maison de cosmétiques qui défend la simplicité, la sécurité et le goût pour la nature.
Tout a commencé par une révolution personnelle. Plus les années en finance passaient, plus je m’éloignais de ce qui compte vraiment dans ma vie.
J’avais besoin de me lever le matin et de me reconstruire autour de ces trois mots : confiance, bien-être et partage. Le monde des cosmétiques m’a toujours laissée perplexe. On nous fait croire qu’être jolie, c’est ressembler aux images des magazines qui figent la beauté dans une jeunesse éternelle sans ride, ni défaut. Et pour atteindre cet objectif, pas d’autre issue que d’appliquer huit à dix produits par jour sur votre visage, composés à partir d’ingrédients dont le degré de nocivité – pour peu qu’on ait des soupçons – est confirmé chaque jour davantage par les études scientifiques. Et que dire du gaspillage de cette industrie qui multiplie les emballages, sans aucun souci de recyclage et avec si peu de conscience du développement durable ?
Forte de mes convictions, j’ai créé en janvier 2018 Amalthea.

A quoi ressemble votre journée « type » ?
Je passe mes journées dans notre boutique parisienne où nous avons installé également nos bureaux. Ce choix s’explique par mon envie de rencontrer nos clients, de créer un univers transparent et libre où chacun se sent bien.

Quand avez-vous créé votre marque Amalthea ?
Nous avons ouvert notre boutique parisienne, au 39 rue des Gravilliers, et notre boutique en ligne, www.amalthea.bio, en octobre 2018.

Pourquoi avoir fait le choix d’ouvrir une boutique à Paris dès votre lancement en octobre 2018 ?
Notre boutique nous permet de faire découvrir notre univers, nos valeurs et nos engagements. Nous y avons aussi nos bureaux et notre laboratoire où nous nettoyons, stérilisons et remplissons tous les flacons.

Pourquoi ce nom ?
Je le dois à Graziella, une amie et amalthéenne, à sa connaissance de la mythologie grecque. Amalthea est la mère nourricière de Zeus. Pour le nourrir, elle remplit une corne cassée et la remplit de fruits : la corne de l’abondance, symbole des richesses de la nature. Ce choix de nom est ainsi un double clin d’œil aux valeurs de la maison.

Quelles sont les valeurs de votre marque ?
Amalthea, une maison qui défend la simplicité, la sécurité et le goût pour la nature. Nous avons ainsi développé des produits simples, sains et bio pour répondre aux besoins quotidiens de votre peau. Le rituel Amalthea s’adapte à votre type de peau et se décline en quatre moments: trois pour le visage, un pour le corps, pas plus. Dans un souci de respect de l’environnement, tous nos flacons sont réutilisables.

Vous ne trouviez pas de produits de beauté vous correspondant ?
Entre l’image de la femme, les ingrédients et le gâchis des emballages, je n’en trouvais pas en effet.

Quelles vont être vos développements à venir ?
Nous sommes très heureux de lancer en avril des ateliers yoga et sophrologie avec Holissence sur le thème de l’harmonie. Depuis que je me suis lancée dans l’aventure Amalthea, je me sens tellement plus heureuse, étant désormais en harmonie avec moi-même.

Que sera le marché de la beauté, en France, dans 5 ans ?
Je suis convaincue que la demande pour une beauté plus simple, plus saine et plus respectueuse de l’environnement sera de plus en plus importante.

Que sera Amalthea dans 5 ans ?
Depuis toute petite, je me fixais des objectifs à 5 ans. Je me projetais à 20 ans, 25 ans. Aujourd’hui je me sens enfin à ma place, heureuse où je suis. Je ne sens plus ce besoin de me projeter à 5 ans, de me donner des objectifs. Je profite du moment présent.

Quelles sont les disciplines et rituels qui vous permettent d’avancer ?
Le yoga et la méditation m’aident beaucoup. J’ai une vie très saine. Je ne prends pas de caféine, de théine ni d’alcool. Manger sain et faire attention à mon sommeil font partie de mon quotidien. J’ai aussi besoin de m’évader, de m’échapper quelques jours régulièrement.

Quel est votre mantra ?
Se concentrer sur le positif.

Merci beaucoup, Maryll et on se retrouve le 9 avril pour notre première masterclass Harmonie.