Le surf féminin en pro : Pauline Ado, Tyler Wright…

Si l’on vous parle de surfeuses professionnelles, vous pensez probablement à Stephanie Gilmore, grande championne dans la discipline ? Mais en connaissez-vous d’autres ? Voici quatre femme qui pratiquent le surf féminin en pro. Elles ont des parcours si éclectiques que cela pourrait bien susciter de nouvelles vocations…

 

Pauline Ado, une championne qui monte

Le 22 mai dernier, Pauline Ado, a beaucoup fait parler d’elle. Et à raison puisque cette Française de 26 ans a remporté son tout premier titre de championne du monde de surf à Biarritz. Une victoire qui fait évidemment la fierté des amateurs et professionnels de la discipline. En effet puisque depuis la victoire de Cannelle Bulard, en 2011, les Françaises n’avaient plus obtenu de titre mondial.
Passionnée par le surf depuis ses 9 ans, Pauline Ado, originaire d’Hendaye dans les Pyrénées-Atlantiques, n’a depuis jamais quitté sa planche. À 14 ans, elle décroche deux titres de championne d’Europe Junior. À 16 ans, celui de championne du monde Junior. Il ne restait plus que celui-ci pour confirmer son statut de championne de surf.

Another day off @wsl 📷 @coconutcomradery

A post shared by Pauline Ado (@paulineado) on

 

Tyler Wright, un mental plus fort que la résiliation

Chez les Wright, le surf est une histoire de famille. Il y a le père, Rob, et ses enfants Tim, Mikey, Kirby, Owen (plusieurs fois sacré champion de surf) et évidemment Tyler, la cadette. À seulement 14 ans, l’Australienne décroche sa première victoire au très prisé Championship Tour (compétition qui regroupe les 17 meilleures surfeuses de la planète). Depuis ce jour, et même après une année 2013 très douloureuse (elle a voulu mettre fin à sa carrière de surfeuse suite à sa deuxième place au classement général des CT), elle n’a plus jamais quitté le CT et a même engrangé dix autres victoires sur le CT. Sa force ? Sa famille et son mental.

Look Mum no hands 😂 📷 @nickpollet @ripcurl_aus @namotu @wsl #mybikini

A post shared by Tyler Wright (@tylerwright) on

 

Alena Ehrenbold, une passion dévorante

Lorsqu’Alena Ehrenbodl découvre le surf, la pratique devient rapidement une passion à laquelle elle consacre tout son temps libre. Dès qu’elle a un moment, cette enseignante en droit et économie en Suisse (elle est de Lucerne), prend sa planche et surf sur les vagues du Portugal, de France et de bien d’autres pays. Mais en 2005, la discipline prenant de plus en plus de place, elle décide de quitter son poste confortable d’enseignante pour vivre de sa passion.

Un pari osé qu’elle ne regrette pas : « Je ne voulais pas regretter de ne pas avoir essayé de vivre du surf » confie-t-elle au site Letemps.ch. A 34 ans, cette femme qui a plus d’une corde à son arc a récemment présenté son deuxième film « Blue Road ». Le sujet ? Un film sur la poursuite du bonheur et le rôle que peut jouer la passion dans une vie grâce aux portraits de trois femmes, toutes passionnées par le surf… mais pas uniquement.

 

Leilani McGonagle, une junior qui a tout d’une grande

Elle n’a que 17 ans mais a déjà tout d’une grande. Elle est originaire de Pavones, au Costa Rica. Leilani McGonagle a été sacrée championne nationale en 2016, championne Junior d’Amérique centrale et deuxième championne du monde junior. Lors des Championnats du Monde de Surf ISA (le 22 mai 2017), elle a obtenu la troisième place du podium derrière les deux françaises Johanne Defay, arrivée 2ème, et Pauline Ado, sacrée Championne du Monde Sénior. Impressionnant n’est-ce pas ? Quelque chose nous dit que nous n’avons pas encore fini d’entendre parler de cette championne en herbe…

I've got a thing for flowers(note this one is bigger than my head) 🌺😏

A post shared by Leilani McGonagle💖🙈 (@leilanimcgonagle) on