Respirer, une clé, aussi, contre le burn-out

C’est le mal du siècle. La maladie de celles et ceux qui veulent trop en faire. Comment en sortir ? En trouvant ses forces intérieures, répond Clémence Peix Lavallée, sophrologue. Son livre est une mine d’infos et d’exercices pour comprendre le burn-out, s’en remettre et ne plus jamais rechuter.

Trouver ses forces intérieures – Surmonter le stress et le burn-out est bien plus qu’un livre sur le burn-out. Car Clémence Peix Lavallée se sert de son expérience de thérapeute spécialisée pour expliquer dans le détail comment fonctionne le cerveau pour en arriver là, comment, aussi, on peut éviter la surchauffe en répétant des exercices de respiration simples. Un message d’utilité publique, même pour ceux qui n’ont pas encore brûlé de l’intérieur. En attendant que vous courriez acheter son livre, voici son interview.

Comment reconnaître les signes annonciateurs d’un burn-out ?

Clémence Peix Lavallée : Le premier, par expérience, c’est un trouble du sommeil qui s’installe. Il se complète par une insatisfaction au travail – on n’arrive plus à trouver sa place, on manque de reconnaissance – des douleurs chroniques, une insatisfaction ou une irritabilité permanente… Il y a un faisceau de signes, mais la personne qui glisse vers le burn-out ne s’en rend pas compte. Elle compense, se bat, pense qu’elle va réussir à surmonter seule ces problèmes – contrairement à la personne dépressive, qui n’a plus envie de rien.

Les proches peuvent-il agir ?

L’entourage peut reconnaître les troubles, mais il est difficile de faire entendre raison à Superman ou Superwoman. Il faut répéter, répéter, répéter, se servir des moindres indices et, surtout, les associer. Car la personne en burn-out ne relie pas les différents points de dysfonctionnement.

Comment sortir de cet état de surchauffe ?

Se faire accompagner, par un spécialiste du burn-out de préférence, est la seule solution : il faut une personne extérieure pour faire entendre raison et engager un triple travail, à la fois sur le corps, la psyché et le comportement. Dans le burn-out, on a intérêt à passer par le corps, parce que c’est lui qui crame. La psyché ne cherche pas à punir l’être, mais à rebattre les cartes. Quant au comportement, il est à l’origine : les personnes en burn-out sont celles qui veulent bien faire, donner satisfaction, plaire, elles trouvent leur satisfaction dans la performance. La sophrologie a l’avantage d’agir sur les trois.

Comment la respiration peut-elle endiguer un phénomène aussi violent ?

Quand vous passez en respiration abdominale – contrairement à la respiration thoracique – vous mobilisez le diaphragme et, à sa suite, le système nerveux autonome, qui active le système nerveux sympathique et parasympathique. Ce sont eux qui gèrent le stress et le calme, la production de sérotonine (calme) et la baisse du taux de cortisol (stress). Cela permet de modifier les ondes cérébrales, de passer de l’état bêta à l’état alpha. C’est là que l’on peut faire des visualisations, pour faire réagir le corps.

Faute de pouvoir publier l’intégralité de votre livre, auriez-vous un conseil pour nos lecteurs/lectrices ?

Utilisez la pause « relance énergie » à la moindre tension, dès que vous avez le souffle court, et à fortiori si vous avez des signes comme la perte de mémoire ou de concentration. Elle consiste à vous poser, à fermer les yeux et à respirer par le ventre, pour se soustraire quelques instants à la sur-activité. Faites-le dès que vous raccrochez le téléphone, dès que vous fermez un dossier.

 

Le livre de Clémence Peix Lavallée s’appelle Trouver ses forces intérieures – Surmonter le stress et le burn-out. Il a été publié en septembre aux éditions Odile Jacob. Et nous le recommandons vivement !

 

Photo by Arun Sharma on Unsplash