Si on passait à la mode durable ?

Moins mais mieux, cela vaut aussi pour notre dressing. Parce que faire attention à la planète, c’est aussi acheter moins de fringues, en les choisissant autrement. Prêts pour la slow fashion ?

Le saviez-vous ? Pour produire un jean, 11 000 litres d’eau sont nécessaires. C’est l’équivalent de 285 douches *. Vertigineux, non ? Si vertigineux, à vrai dire, que l’industrie textile se classe 2ème sur le podium des plus polluantes (juste derrière le pétrole)… De quoi nous faire rougir, nous et notre armoire débordante de sapes à durée limitée, fabriquées dans des conditions délirantes et achetées à des prix qui ne le sont pas moins… On arrête la folie ? Mais comment ?

Le vintage ou la mode version zéro déchet

Le must du must, pour freiner la grande machine de la mode, c’est de ne pas acheter de vêtements neufs. Il y a déjà sur la planète de quoi nous habiller pendant trois générations. Dingue ! Et la mode étant un éternel recommencement, on peut dénicher de très belles pièces dans le stock qui existe déjà. Friperies, brocantes, vinted… La seconde main n’a jamais eu autant la cote. Et comme elle fait aussi du bien à notre porte-monnaie, on aurait tort de s’en priver.

Des marques responsables

Enfiler un pull déjà porté par quelqu’un d’autre ne vous emballe pas ? Aucun souci ! Il existe aujourd’hui des griffes qui sélectionnent des matières premières durables et font attention à leur impact de production. Comme Excess Only, qui utilise des chutes de tissu (cachemire, drap de laine, soie, etc) et les transforme dans les usines de grandes maisons de luxe, à moins de 150 km du lieu de provenance du tissu. Ou Leax, qui travaille exclusivement des cotons bio. Ou La Révolution Textile, qui fabrique exclusivement en France. Cette liste est bien entendu incomplète, n’hésitez pas à nous transmettre vos bonnes adresses, sur notre page Instagram ou Facebook !

* Agence Parisienne du Climat

Photo: Collection capsule Excess Only x ParisianVibe