Les écrans et les réseaux sociaux futures “addictions comportementales”​ du XXIe siècle pour les nouvelles générations ?

22 Shares
22
0
0

#prévention

Nous sommes dans un nouveau monde, sur connecté, qui va très vite, on clique, on swipe, on zappe, on matche (sans prendre le temps de respirer entre deux clics), les écrans étant une sorte d’ «hypnose numérique».

Dans les études du moment, Stratégy Analytics s’est penchée sur les objets connectés à Internet (Internet of Things- IoT), estimant leur nombre à 22 milliards dans le monde. Dans cette estimation, la firme a pris en compte : smartphones, enceintes, téléviseurs, montres, tablettes, ordinateurs portables/bureaux…

Ils font partie de notre paysage, notre quotidien (nous ne sommes plus à l’ère de la famille Pierrafeu, il faut vivre avec son temps) mais comment optimiser leur usage en préservant notre santé et celle de nos enfants ?

Il n’est pas question de porter un jugement ou de faire une digitale detox. L’axe principal de cette démarche est de faire de la prévention afin d’avoir la bonne connexion.

Le Dalai Lama disait justement : «Ce qui me surprend le plus dans l’humanité ? Les hommes. .. parce qu’ils perdent la santé pour accumuler de l’argent, ensuite, ils perdent leur argent pour recouvrer la santé. Et ils se perdent dans d’anxieuses pensées sur le futur au point de ne plus vivre ni le présent ni le futur. Ils vivent comme s’ils n’allaient jamais mourir. .. et meurent comme s’ils n’avaient jamais vécu.»

J’aime les études et les chiffres quantitatifs mais je vais vous partager mon expérience terrain dans un souci de prévention / information.

Je ne suis pas médecin, je ne suis pas juge, je ne suis pas de Greenpeace. Je suis maman de deux enfants et professeur de Yoga / méditation et depuis 6 ans j’ai donné des milliers de cours (sur un échantillon représentatif de la population de 3 ans à 70 ans) qui me font ressortir les résultats terrain de cet article. En complément de toutes mes formations holistiques, j’ai entrepris de nombreuses formations en addictologie à cet effet afin de faire de la prévention.

Je vous rassure aussi, j’ai des élèves qui vont très bien, ne sont pas sur les réseaux sociaux et sont conscients de tout cela. Cela n’est pas un tableau noir mais plutôt une sensibilisation ( il faut mieux prévenir que guérir).

Depuis des années, je rencontre dans mes cours et dans les écoles / collèges des élèves ayant de nombreux et NOUVELLES PATHOLOGIES dues à une surexposition aux écrans : 

  1. Gaming disorder (addiction aux jeux videos) reconnue comme une maladie depuis mai 2019 par l’organisme mondial de la santé ou j’ai commencé à avoir des élèves dans ce cas. Souvenez vous que Fortnite et World of Warcraft ont été conçus avec des addictologues pour rendre les joueurs accros. Je ne bannis pas l’usage de ces jeux au contraire ils éveillent beaucoup de réflexes, mais à pratiquer avec modération et sous le contrôle parental que cela ne remplace pas les autres activités de votre enfant et l’isole.
  2. Tendinites de l’avant bas ou coudes ( dus à un excès de messages vocaux ou textos), ou du pouce ( merci aux consoles).
  3. Insomnies et manque de sommeil des enfants et ados / parents (trop d’écrans :  trop de lumière bleue dont je vous parlais sur France 3  sujet à la 19e minute), 
  4. Text-neck :  des douleurs cervicales dues aux mauvaises positions de la tête lors de l’utilisation de Smartphones.
  5. Problèmes de concentration des enfants (hors TDHA), 
  6. Migraines et maux de tête de certains utilisateurs. Les effets des ondes magnétiques émises par les téléphones portables sur le cerveau sont encore méconnus, mais les experts se penchent dessus . 
  7. Une intolérance à la frustration ou à l’attente  (chez les petits et les plus grands) des qu’ils sont privés de leur portable, car la vie ne va pas aussi vite que quand on swipe.
  8. Des problèmes de langage et d’interaction émotionnelle pour les petits de moins de 4 ans surexposés aux écrans.
  9. Anxiété accrue chez certains jeunes (car on ne prend pas conscience de sa respiration devant un écran).
  10. Le phubbing de certains adolescents (ou parents, cette pratique qui consiste à privilégier le smartphone aux échanges de vive voix avec son entourage du moment. Inventé par une agence de communication anglaise en 2012, le terme vient de la contraction des mots “phone” et “snob”, qu’on peut traduire en bon français par “télésnober”.
  11. Perte de désir, d’empathie, isolement de certains adolescents sur connectés 
  12. Perte de confiance de certaines adolescentes dues aux réseaux sociaux ( et à la comparaison , merci aux filtres Instagram et aux influenceuses. Instagram envisage de supprimer les likes à cet effet, la phase test est en cours).  

Le smartphone est un cordon ombilical permanent. Un doudou numérique pour certains. 

Mais la connexion la plus importante, la connexion essentielle et l’ancrage doit être avant tout en SOI ! C’est pour cela que le yoga et la méditation sont un outil merveilleux.

Il n’y a pas que les drogues dures et l’alcool. Notre société a fabriqué de nouvelles addictions, dont les plus douloureuses sont aujourd’hui pris en charge au pôle nouvelle addictions à l’hôpital de Marmottan à Paris, pionnier du genre et dans les CSAPA.

Quels sont les critères pour une prise en compte de  l’addiction comportementale ? (Griffiths, 2005) 

• Saillance
• Modification de l’humeur
• Tolérance
• Symptômes de manque
• Conflits intrapsychique et interpersonnel 
• Rechutes 

Quels outils de prévention pour les nouvelles générations ? 

1/ COMMUNICATION

. QUEL EST A LA PLACE DES ECRANS ET RESEAUX SOCIAUX ? 

  • A la maison / avec vous / vos enfants / votre conjoint 
  • Tout commence par une introspection : Connais-toi toi-même comme est inscrit sur le Temple de Delphes !

DEDAMATRISEZ : ECHANGEZ à travers un dialogue constructif pour comprendre le ou les mondes de vos enfants ( que ça soit dans les jeux vidéo ou réseaux sociaux).

· QUELLES SONT VOS RELATIONS IRL (IN REAL LIFE) ? 

. QUELLES SONT VOS ACTIVITES / LEURS ACTIVITES SPORTIVES ?

Le mouvement est la meilleure des thérapies. Savez-vous que votre corps après 20 minutes d’activités physiques produit de la dopamine et endorphine ( hormones que le corps produit en regardant des series ou en recevant des likes sur un post) ?

·       Évaluation de la dépendance nécessaire pour envisager le suivi : Y va-t-il une souffrance psychique = isolement social, sentiment de « faire du surplace » ; qualité de vie ?

2/ METTRE DES REGLES CONCRETES LORS DES TEMPS FAMILIAUX.

·       Déposer son portable lors des interactions avec ses enfants et lors des moments familiaux (dîners , week-end) afin d’être pleinement présents. 

·       Faire un couvre-feu le soir ( il est conseiller d’éteindre les objets connectés deux heures avant le coucher).

·       Vérifier et adapter la lumière bleue sur les écrans (et/ou acheter des lunettes spéciales en magasin). 

·       Se connecter plus souvent à la nature (qui réduit l’anxiété de 30/40% chez les enfants). 

·       Utiliser ses 5 sens le plus souvent possible et en pleine conscience.

Si votre enfant est petit, un outil que je recommande est le 3-6-9-12 de Serge Tisseron, Psychiatre et docteur en psychologie, Président Fondateur de l’Association Apprivoiser les écrans et grandir : 3-6-9-12

Mon mantra : Utiliser le progrès, mais ne pas en être esclave !! 

J’espère que cela vous sera utile. Merci à ma famille, mes amis de coeur et tous mes élèves de m’encourager à transmettre day by day, on est tous les professeurs les uns des autres.

A très bientôt

NAMASTE,

Marie – Caroline Peponnet 

Sources : Strategy Analytics: Predictive Analysis | Intelligent Analysis www.strategyanalytics.com
https://www.who.int/fr
https://annuaire.action-sociale.org/etablissements/readaptation-sociale/centre-de-soins-accompagnement-prevention-addictologie-197/rgn-ile-de-france/Carte.html
Professor Griffiths http://archives.strategie.gouv.fr/cas/system/files/griffiths.pdf

22 Shares
You May Also Like