Aliments pro-inflammatoires : lesquelles faut-il éviter ?

9 Shares
7
0
2

Douleurs articulaires, eczéma, dermatite, mycoses à répétition, inflammation de l’intestin, acné… Et si tous ces maux du quotidien étaient liés qu’à une seule chose : votre alimentation. En ligne de mire : les aliments pro-inflammatoires qui irritent l’organisme. Lesquels ? Holissence vous en donne 5. 

L’huile de palme

Si elle n’est pas vraiment répandue sous sa forme non transformée sur le marché français, l’huile de palme fait encore partie des matières premières utilisées pour concevoir des gâteaux, des plats préparés ou encore des nouilles instantanées. Les raisons de sa popularité ? Son coût bien sûr ! Peu chère, la palme remplace ainsi le colza, l’olive ou d’autres huiles moins nocives pour l’organisme. Seul problème : elle est très mal tolérée par le corps car elle obstrue les artères et, cerise sur le gâteau : elle est polluante pour la planète. Alors tant que faire se peut, mieux vaut passer son chemin. 

Les viandes 

La digestion lente des êtres humains ne permet pas d’assimiler correctement les viandes qui finissent par fermenter dans les intestins. De plus, les viandes rouges contiennent un acide gras appelé acide arachidonique qui est un élément pro-inflammatoire et peut être source de différents problèmes ponctuels rencontrés par les organismes les plus délicats. Si vous ne comptez pas devenir végétariens d’aussi tôt, de notre côté, on vous conseille simplement de réduire drastiquement votre consommation afin d’atteindre un apport en proteines provenant à 50% d’origine animale et à 50% d’origine végétale. 

Les Oméga-6 

Si les Oméga-6 et les Oméga-3 partagent le même préfixe, ils restent tout de même très différents. Utiles pour diminuer le taux de cholestérol (qui réduisent le risques de maladies cardiovasculaires), les Oméga-6 peuvent toutefois s’avérer très inflammatoires lorsqu’ils sont consommés en excès. Car ce qui est fâcheux avec eux, c’est que la plupart sont ingérés par procuration (car ils font partie des aliments industriels délivrés aux poules ainsi qu’au bétail). Voilà pourquoi vous devez apporter une attention toute particulière aux listes d’ingrédients des aliments transformés que vous consommez. 

Les produits laitiers  

Pendant des années, les laits provenant des animaux étaient considérés comme essentiels pour construire et renforcer les os. Aujourd’hui, on sait que la consommation de laits engendre d’importantes réponses inflammatoires. En cause : les protéines qu’ils contiennent et qui requièrent beaucoup d’enzymes afin d’être correctement digérés. Heureusement, il existe aujourd’hui de nombreux laits végétaux (amande, soja, coco, riz…), plus healthy là pour combler vos envies de latte glacé et de fromage blanc. Alors misez sur eux. 

La farine de blé industrielle

Alors que de plus en plus de personnes se disent allergiques au gluten, une question se pose : pourquoi maintenant ? Et bien c’est très simple. Les industriels qui produisent les pâtes, les gâteaux ou encore le pain sont de moins en moins patients. Dans un souci de rentabilité de temps et d’argent, ils ont besoin que les recettes montent plus rapidement afin de doubler leur productivité. Pour ce faire, ils ont mis au point un processus d’affinage du grain qui libère d’avantage les protéines présentes dans le noyau cellulaire du blé. Très indigestes, ces dernières créent ainsi une inflammation supplémentaire au niveau intestinal. Alors un petit conseil : limitez votre consommation ou fabriquez votre propre pain.

9 Shares
You May Also Like