Une vie de famille plus sereine pendant le confinement selon Anne Peymirat, coach parental

13 Shares
12
0
1

Chez Holissence, nous avons souhaité échanger avec des experts du bien-être et récolter les meilleurs conseils pour faire face à cette période trouble. Aujourd’hui, Anne Peymirat – coach parental et auteure du livre T’as fait tes devoirs chéris ? – partage son expérience et quelques conseils bien utiles en cette période de confinement pour une vie de famille plus sereine.

Comment êtes-vous devenue coach parental ?

Je suis à la fois auteure, coach parental, conférencière et mère de quatre enfants de 19 ans à 8 ans. Initialement diplômée d’HEC, j’ai commencé à travailler dans le conseil en entreprise chez Accenture. Puis, je me suis posée énormément de questions sur la parentalité après avoir eu mes deux premiers enfants. J’ai découvert l’approche Clamer Parenting – un ensemble de techniques concrètes et efficaces de parentalité – développées à l’origine par Noël Janis Norton.

La mise en application de ces techniques a changé ma vie de famille, j’étais si impressionnée par ces résultats qu’après 15 ans dans le conseil, j’ai décidé de me lancer dans le coaching parental. Je me suis formée et j’ai depuis – en 15 ans d’exercice – accompagné plus de 4000 parents, fait plus de 350 conférences, et rédiger 3 ouvrages. J’interviens auprès de particuliers comme en entreprise où j’aide les collaborateurs à allier vie professionnelle et vie de famille.

Qu’est-ce que cette période trouble change au niveau personnel et dans votre activité de coach parental ?

C’est dur et ça l’est pour tout le monde ! Je suis actuellement confinée dans ma propre maison car je suis malade depuis une semaine… (ndlr : au moment de l’interview téléphonique).  

C’est une période difficile qui change un peu tout, mais au sein de laquelle on peut heureusement trouver de nombreuses opportunités. Cela demande de se réinventer, avec une vie de famille 24h/24 et une notion du temps très différente, même lorsque l’on est très occupé.

Cette période nous tourne également vers l’intérieur de nos maisons, de nos familles et de nous-même. C’est le moment de regarder un album de vacances, réutiliser les jouets qu’on a déjà… Par exemple ma fille a tenue à me relire son cahier de vacances, celui de notre voyage à New York à Noël. C’était un très beau moment ensemble.

Concernant mon activité, en étant entrepreneur, je travaille déjà à distance donc j’ai la chance de connaître ce mode d’interaction. Je continue mon activité avec les entreprises comme les particuliers en proposant de nouveaux thèmes. J‘anime par exemple un nouveau webinaire « télétravailler avec des enfants à la maison ».

Quelles sont justement les habitudes à garder, mettre en place ou au contraire à mettre de côté pour le temps du confinement ?

L’objectif principal est de garder, pendant la semaine, une structure établie la plus proche possible du rythme scolaire afin de faciliter le vivre ensemble.

  • Se lever à une heure donnée. Chez nous, c’est vers 7h30 quand il y a école (vers 9h en vacances).
  • Garder les repas tous ensemble pour faciliter la préparation et passer un moment convivial.
  • Puis chacun se met à son travail, et on organise des pauses. Pour les enfants qui sont encore au primaire : au maximum toutes les 1h30. Et pour ceux qui ont du mal à se concentrer, on s’adapte : on raccourcit les temps de travail et on allonge les pauses.
  • Enfin conserver au maximum les activités (extra)scolaires. De nombreux professeurs de petits cours (de musique, théâtre…) proposent de continuer les activités à distance, même si c’est parfois sur un format un peu différent. Les enfants peuvent ainsi au moins maintenir leur niveau et surtout cela donne un rythme aux semaines.

Il me semble important de faire un effort pour consolider certaines habitudes :

  • Éviter les écrans pendant les heures d’école (soit sur les heures habituelles, soit celles que vous aurez définies pour l’école à la maison).
  • Établir un planning ou une routine d’aide à la maison. Souvent la difficulté est que les enfants ne viennent pas d’eux même mettre la table, débarrasser… Or en passant plus de temps à la maison, les tâches ménagères se multiplient.

Puis, selon l’âge des membres de la famille, on peut imaginer des formules qui accordent plus de souplesse. Par exemple avoir des déjeuner flexibles si les enfants sont plus grands. En effet, maintenir un espace de liberté pour chacun s’avère également essentiel pour maintenir des relations harmonieuses sur le long terme.

D’autre part, si les activités sportives ne sont plus dispensées, on s’adapte et on trouve d’autres exercices à faire chez soi. Gym d’intérieur, yoga pour la famille… De nombreux lives et applications proposent du sport en ligne par exemple.

Sur quels éléments repose la méthode Clamer Parenting ?

La méthode Calmer Parenting peut être schématiquement décomposée en six techniques principales :

  • Le compliment descriptif ou comment motiver les enfants à montrer le meilleur d’eux-mêmes. Par exemple, en remarquant ce qui va bien en premier pour que l’enfant ne se sente pas trop critiqué.
  • La discussion préparatoire pour donner de meilleures habitudes aux enfants et le préparer à ce qu’il va se passer et ce qu’on va lui demander. À quelle heure va-t-il travailler, de quelle manière ?
  • L’écoute empathique ou comment aider les enfants à mieux gérer leurs émotions.
  • La méthode en 6 étapes pour se faire obéir dès la première demande tout en douceur.
  • Des récompenses bien pensées pour motiver l’enfant à poursuivre ses efforts.
  • Des conséquences réfléchies pour montrer les limites.

Comment concrètement accompagner sereinement les enfants lors des devoirs et les aider à devenir autonome ?

Quelques conseils faciles à appliquer :

  • Caler tout le monde sur le même rythme la semaine. Laisser plus de liberté et la possibilité de vivre en décalé le week-end, car on ne sait pas combien de temps le confinement va durer. Nous devons tenir sur le long terme.
  • Extinction du Wifi pour tout le monde à 22 heures.
  • Pour en revenir aux écrans, il est normal qu’ils prennent plus de place à la maison car on s’en sert pour communiquer avec l’extérieur. Vous pouvez être plus souple que d’habitude avec les enfants mais vérifiez que ce soit pour faire des choses qu’ils doivent faire (scolarité), programme de gym… Pour ceux qui sont au primaire, accordez-leur un peu de temps d’écran en fin d’après-midi. Par exemple, en récompense de ce qu’ils ont bien fait (travail scolaire demandé fait dans les grandes lignes, participation aux tâches de la maison…). Cette petite récompense en plus – non systématique – peut les motiver grandement.

Et concernant la supervision des devoirs plus spécifiquement, l’idée n’est pas de substituer aux enseignements, mais d’aider les enfants à faire leur travail.

  • Installez vos enfants au mieux en organisant un « coin bureau » loin des distractions. Si vous avez plusieurs enfants, séparez-les si possible.
  • Assurez-vous que l’enfant ait bien compris la tâche à accomplir. Laissez-le faire et revenez. Vous pouvez créer un rituel où les parents et l’enfant disent deux choses qui vont bien et une chose à améliorer. Cela permet également d’aider l’enfant à être plus confiant dans son travail.
  • Pas de perfectionnisme, ce n’est pas grave si le travail n’est pas parfait. Laissez-les prendre leur travail en main.
  • En primaire, l’enfant peut mettre toutes ses productions dans un classeur pendant le temps du confinement. Cela aidera à le responsabiliser vis-à-vis de son enseignant et montrer qu’il fait bien ça pour l’école.
  • Favorisez l’entraide entre les frères et sœurs, s’ils s’entendent bien.
  • Continuez à donner des notes. Je suggère par exemple aux parents de pas hésiter à mettre un « Très Bien » lorsque l’enfant corrige ses propres erreurs. En tentant de lui faire corriger son erreur par lui-même, il apprend à réfléchir aux bonnes réponses et à se corriger de manière ludique.
  • Pour les plus grands, demandez-leur ce qu’ils ont à faire. Pourquoi ne pas utiliser les outils de travail ? WhatsApp, le suivi de corrections et les commentaires lors de la rédaction de textes… Très utiles pour le travail scolaire !

Retrouvez les précieux conseils d’Anne Peymirat sur calmerparenting.fr et dans son dernier livre “T’as fait tes devoirs chéris ? Transformer le cauchemar des devoirs en plaisir d’apprendre” (Éditions First – Août 2019).

Retrouvez également la programmation bien-être avec le collectif Holissence sur notre Facebook.

Prenez soin de vous et de vos proches !

13 Shares
You May Also Like