Hortithérapie : le bonheur est dans le jardin

S’il est un hobby pour certains, le jardinage est aussi une thérapie pour d’autres. Appelée hortithérapie, ou jardin thérapeutique, s’occuper d’un jardin ou de plantes est source de nombreux bienfaits pour le corps et l’esprit. Holissence a voulu en savoir plus.

Hortithérapie, qu’est-ce que c’est ?

Très développée au Canada et aux États-Unis, l’hortithérapie peine un peu à se développer en France, ou tout du moins, à se faire reconnaitre comme « thérapie ». Pourtant, et grâce au contact (ré)établi avec la terre, le corps et l’esprit sont sollicités via des stimulations sensorielles et cognitives pour apporter un réel bien-être. L’hortithérapie utilise le jardinage comme moyen pour stimuler la concentration, la motricité ou encore la souplesse, ainsi que pour venir en aide aux personnes souffrant de troubles du sommeil, de dépression ou de stress.

Où se pratique l’hortithérapie ? Dans son propre jardin, dans un jardin prévu à cet effet ou encore sur son balcon. Le but n’est pas d’avoir un « grand espace » mais d’être avant tout en contact avec la terre et les végétaux.

Hortithérapie, quels sont les bienfaits ?

Réduire le niveau de stress ainsi que l’anxiété. Améliorer sa capacité de concentration. Stimuler les cinq sens. Développer sa créativité. Augmenter sa souplesse tout en améliorant l’équilibre et la coordination… L’hortithérapie s’avère salvatrice, aussi bien pour le corps que pour l’esprit. D’ailleurs, saviez-vous qu’une heure de jardinage permettrait de brûler en moyenne près de 400 calories* ?

Le jardin thérapeutique est tellement bon pour la santé et ses bénéfices à ce point significatifs, qu’en 2010, le CHU de Nancy a ouvert son jardin « Art, mémoire et vie » dédié aux personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Pionnier en France, l’établissement a montré qu’en supplément d’un accompagnement aux médicaments, le jardinage avait des effets positifs sur les pathologies liées aux troubles du comportement et pouvait réduire l’agitation, l’agressivité ou encore le stress chez certains patients, de façon éloquente.

Et vous, quand est-ce que vous mettez les mains dans la terre ?

*Source : www.fourchette-et-bikini.fr