L’argile, une poudre magique

Gandhi la recommandait, Cléopâtre s’en faisait des masques et même les animaux se roulent dedans pour soigner leurs blessures… Tous ont (ou avaient!) raison, car l’argile présente de nombreuses propriétés thérapeutiques. Le point avec Sabine Monnoyeur, naturopathe.

Super pouvoirs

« L’argile est issue de la décomposition des roches-mères volcaniques, explique Sabine. On la trouve généralement sous le sol, à un mètre de profondeur. Elle est composée de nombreux minéraux tels que silice, aluminium, magnésium, calcium, fer, phosphore, sodium, etc. La plus connue est l’argile verte, mais selon son origine, l’argile a des propriétés et des couleurs différentes. Enfin, son efficacité thérapeutique est d’autant plus importante qu’elle a été exposée au soleil, à l’air, et à l’eau de pluie. »

Mais alors justement, quels sont ses effets ? « Magiques« , promet la naturopathe. L’argile absorbe les impuretés, détruit les germes pathogènes (sans détruire la flore bactérienne), elle détoxifie, draine, cicatrise, décontracte, désodorise, vermifuge, panse… Où qu’elle aille, elle fait le ménage et repart avec les poubelles. Une vraie fée du logis pour notre organisme.

Concrètement…

On utilise l’argile :

  • pour aider à la guérison des entorses et tendinites : un cataplasme dessus pendant deux heures, à changer dès que l’argile sèche.
  • pour calmer les diarrhées, maladies digestives, gastro-entérites, brûlures… Un verre d’eau argileuse au petit matin.
  • pour accélérer la guérison d’un rhume : sucer de petits morceaux d’argile.
  • pour apaiser douleurs et courbatures : deux heures de cataplasme (cf entorses et tendinites).
  • pour atténuer les hématomes : un massage à l’arnica, puis un cataplasme d’argile verte froide (de l’argile, dans un mouchoir en tissu ou en papier, maintenu par une bande velcro), à renouveler toutes les deux heures jusqu’à la disparition de la douleur.
  • pour soigner les boutons infectés : appliquer l’argile verte sur les zones irritées, laisser sécher, rincer, puis passer un quart de citron sur le bouton.
  • pour nettoyer et apporter de l’éclat à la peau : un masque, ou un bain d’argile (mais l’argile peut dessécher, mieux vaut donc rincer avant que l’argile ait séché et ne pas dépasser une fréquence d’une fois par semaine).

Comment l’utiliser ?

Avouez, avec de tels pouvoirs, vous avez hâte d’essayer (nous aussi). Juste, avant, Sabine Monnoyeur met en garde : « l’argile est à usage unique et on ne doit faire qu’un cataplasme à la fois. Une cure ne dure pas plus de 21 jours, l’argile ne doit pas être en contact avec le métal ou avec une source de chaleur, et elle se mélange avec de l’eau de source ou, à défaut, minérale. Attention : en usage interne, les prises de médicaments doivent être espacées d’au moins deux heures, il faut être prudent en cas de pression artérielle élevée et l’argile est contre-indiquée en cas d’occlusion intestinale. Dans tous les cas, avant de vous lancer, je vous conseille vivement de demander l’avis de votre naturopathe. »

Pour bien faire, pour un usage externe, on utilise un récipient en verre ou en terre, on verse l’argile concassée en égalisent la surface, on recouvre d’eau et on laisse reposer au moins une heure. Pour un usage interne, on verse en pluie une cuillère à café d’argile en poudre dans un verre d’eau de source. On utilise une cuillère en bois, un verre assez épais et on ne brasse pas. A préparer la veille, pour le boire le matin au réveil.

Vous voulez en savoir plus ? Sabine Monnoyeur répond aussi à vos questions : www.sabinemonnoyeur-naturopathe.com.