Carnet de réflexion : Être en ‘sein’biose avec soi-même

4 Shares
3
0
1

Alors que sur les dernières années, les représentations de seins commencent à se diversifier, et que les discours eux, se libèrent, les seins restent cependant sur-sexualisés au quotidien. Pourtant ils sont toujours tabou quand ils sont exposés aux yeux du public. Ce carnet de réflexion au sujet du sein souhaite vous offrir en plein été une bouffée d’air frais qui peut sûrement vous alléger la poitrine. Il est temps d’être en ‘sein’biose avec soi-même.

La beauté mammaire

Les seins sont d’apparence multiples, et ce, même sur un seul individu. En effet, rares sont les femmes ou les hommes ayant leurs deux glandes mammaires identiques. Vient alors la beauté de l’imparfait. Chaque corps est différent, chaque volume, couleur est unique. Les seins représentent des parcours de vie : des bourgeonnements trop rapides ou trop tardifs nous donnant nos marques de tigresse, des absences nous angoissant, des poids physiques et/ ou mentaux à porter sur notre dos au quotidien, des naissances, des maladies, des choix ou non. 

Mais tous sont là, et ils nous appartiennent. Alors stop aux injonctions !  Le temps est venu de les aimer et de jouir de leur présence.

L’anatomie du sein

Attaquons-nous donc à l’anatomie du sein pour mieux comprendre son fonctionnement. Chaque sein contient une glande mammaire, séparée par du tissu graisseux en compartiments et chaque glande mammaire est soutenue par un tissu composé de graisse, fibres et vaisseaux sanguins. Les compartiments sont constitués de lobules, permettant de produire du lait et de canaux le transportant jusqu’au mamelon entouré de l’aréole.

De plus, les nombreux vaisseaux lymphatiques et les ganglions qui composent notre système lymphatique combattent les infections. Une anatomie complexe pour des fonctions multiples !

L’influence des hormones

Nos seins sont sensibles aux hormones : elles influent sur leur développement et sur leur fonctionnement. Les œstrogènes, présents dès la puberté jouent un rôle important pendant la grossesse notamment pour l’assouplissement des tissus. Facilitant ainsi leur croissance et leur vascularisation dans le cadre de l’alimentation d’un nourrisson. Le volume sanguin du sein augmente pendant l’allaitement et participe à une croissance mammaire. La progestérone, en synergie avec les œstrogènes, change aussi la forme de nos seins lors de nos cycles menstruels ou lors de divers traitements hormonaux en facilitant le stockage de graisses, et ce, pour préparer les matières grasses nutritives pour l’allaitement.

Vers un orgasme des seins ?

En 2011, le Journal of Sexual Medicine a publié une étude dans laquelle les chercheurs ont découvert que la stimulation du mamelon activait une zone du cerveau connue sous le nom de “cortex sensoriel génital”. En d’autres mots, cela signifie qu’une stimulation de la poitrine activerait la même région cérébrale qu’une stimulation du clitoris, du vagin et du col de l’utérus. L’orgasme des seins peut s’obtenir en faisant “l’amour à ses seins”. Plus que la technique, c’est ici le toucher sensuel qui compte !

Pro-tip : utilisez des huiles de massage crépitantes ou thermiques augmentera votre plaisir.

 Climax et Holissence, le plaisir et le bien-être. Entre divertissement et apprentissage, la rédaction Climax se joint à Hollissence pour vous proposer une série d’articles sexo-sensuels venant compléter sa série de 32 vidéos sur le plaisir féminin. Une série à découvrir au plus vite sur notre site.

4 Shares
You May Also Like