Rencontre détonante avec Nathalie Lefèvre

Nous avons hâte de vous retrouver samedi, au Rendez-vous Feel Good Madame Figaro x Holissence (avec le soutien de IT Cosmetics). En attendant, pour tromper notre impatience, nous vous emmenons à la rencontre de certains intervenants. Aujourd’hui, Nathalie Lefèvre, la femme qui a décidé de s’épouser.

Bonjour Nathalie, pouvez-vous vous présenter et nous parler de votre activité ?

Je suis journaliste et directrice d’antenne de Radio Médecine Douce depuis neuf ans. J’organise des spectacles vivants qui ont pour vocation de faire découvrir des outils de bien-être à un public désireux d’évoluer et de se transformer. Et plus récemment je suis fière d’être devenue auteure et conférencière.

Quel a été votre parcours et comment avez-vous trouvé votre voie ?

J’ai toujours été très attentive à mes rêves en leur donnant beaucoup d’importance. Je n’ai pas écouté les autres, leur pessimisme et leurs visions de la « réalité », ce qui m’a permis de gagner beaucoup de temps. C’est ainsi qu’à 19 ans j’ai été recruté dans une rédaction et que je suis devenue journaliste. Le reste n’est qu’une suite d’autorisations que je me suis donnée à réaliser des projets qui faisaient battre mon coeur. Ma voie je ne l’ai pas trouvée, je l’ai entendue, puis suivie… et je continue de le faire ! J’ai la croyance que la vie nous parle à chaque instant pour nous guider, c’est nous qui ne sommes pas assez attentifs.

Quel est votre moteur dans la vie ?

L’amour que j’ai. Pour moi, les autres et pour cette existence merveilleuse dans laquelle j’ai l’immense chance de me réveiller chaque matin.

Qu’est-ce qui, au quotidien, vous permet d’être heureuse et épanouie ?

Je suis heureuse de vivre cette vie à 2000 %, de pouvoir être entourée de gens exceptionnels, d’avoir des proches que j’aime de tout mon coeur. Évidemment, la sensation d’être alignée avec mes rêves contribue énormément à mon épanouissement. Je me sens à ma place, avec la sensation que je contribue… et ça, c’est une des choses les plus précieuses qui soit.

Avez-vous des rituels qui contribuent à votre bonheur ? Quels sont-ils ?

Je carbure aux câlins (en plus du café) et je prends chaque jour du temps pour être avec moi-même, pour m’offrir un moment de qualité ou des paroles valorisantes.

Avez-vous des astuces pour vous faciliter la vie ?

Arrêter de se la compliquer pour rien (rires). Les êtres humains se font toujours des montagnes de « problèmes » qui n’en sont pas vraiment. Je crois qu’il faut du courage pour avancer dans la vie car il y aura des étapes à franchir qui seront forcément plus douloureuses. Dans le bonheur, j’intègre d’être traversée par des moments de souffrance. Cependant, je ne laisse pas la peur me guider. Je la regarde en face et je la dissous pour qu’elle n’ait jamais le contrôle.

Et puis, concrètement depuis que je suis en amour avec moi-même, j’arrête aussi les pensées dévalorisantes et saboteuses sur moi-même, ce qui me facilite et m’adoucit grandement la vie.

Samedi, vous participerez au Rendez-vous Feel Good, dont le thème est l’amour de soi. Et vous, qu’aimez-vous chez vous ?

J’aime mon audace, mon courage et ma détermination. Je suis une véritable aventurière, qui ne lâche rien pour ses rêves et ce qu’elle aime. J’aime également ma liberté, qui m’a toujours guidée pour nettoyer mes croyances, mes conditionnements et les diktats extérieurs. J’aime mon acharnement à regarder le monde avec poésie et à vouloir réenchanter notre humanité. J’aime ma foi inébranlable en l’existence.

Y a-t-il des choses que vous voudriez améliorer, et comment vous y prenez-vous ?

En ce moment, j’essaye de devenir beaucoup plus organisée, notamment dans mon rangement. Du coup je me suis fait toute la série Netflix avec Marie Kondo et ça m’a donné un sacré élan à transformer cette habitude de tout laisser trainer. Je prends aussi du temps, avec des thérapeutes et seule, pour travailler sur mes fluctuations émotionnelles et à trouver plus d’harmonie. Je me rends compte que lorsque j’ai un intérêt d’évolution personnelle sur un sujet, cela me donne tout de suite beaucoup plus d’élan. Je suis très imparfaite mais je ne me mets pas la pression pour tout changer d’un seul coup… Je crois que je me laisse le temps de lâcher certaines habitudes et de transformer certains comportements. Je ne suis pas laxiste mais très douce avec moi-même.

Cette interview vous donne envie de nous rejoindre samedi 9 février ? Il est encore temps de vous inscrire, ici !