Quelles sont les dates de péremption de chaque famille de cosmétique ?

3 Shares
1
0
2

Vous l’ignorez peut-être encore, mais les soins qui trônent dans votre salle de bain ont tous une date de péremption établie en fonction de ce que contient leur formule. Mais qu’elle est-elle et surtout dans quelle condition devez-vous les conservez ? On fait le point ! 

Entre DLUO et PAO, quelles sont les différences ?

Ce que vous devez savoir, c’est qu’il existe 2 mentions sur les packagings des cosmétiques. Ces informations, appelées DLUO et PAO indiquent la durée de vie du produit que vous utilisez. Mais ce ne sont pas exactement les mêmes. 

La première indique « La Date Limite d’Utilisation Optimale » d’un produit. Cette annotation est obligatoire quand la date de péremption est établie à moins de 30 mois. Elle doit être précédée de la mention « à utiliser de préférence avant » suivi d’une date claire et lisible. 

La PAO signifie quant à elle « La Période Après Ouverture ». Elle est également obligatoire et indique au consommateur la durée d’utilisation après ouverture de chaque produit. Elle se présente sous forme de logo représentant un petit pot de crème sur lequel est écrit une date. C’est votre PAO. 

Les gels douches, shampoings et après-shampoings

Généralement, cette famille de produit reste celle qui est la moins sensible aux effets du temps. Conservés dans un endroit relativement frais et à l’abris du soleil (la salle de bain), les gels douches, shampoings et après-shampoings n’ont pas de risque de tourner à cause de la chaleur. En revanche, la présence d’humidité peut être propice à la prolifération des bactéries… En moyenne, ils se conservent donc entre douze à trente-six mois après leur ouverture. Mais globalement, ils sont utilisés dans un laps de temps beaucoup plus court, car ce sont des produits du quotidien. 

Concernant les formules bio, sans parabens ni autres conservateurs, les dates de péremption peuvent être raccourcies et aller jusqu’à 6 mois maximum après ouverture. Car même si ce type de produit contient des conservateurs naturels, ces derniers ne sont pas aussi coriaces devant les milliers de bactéries auxquelles ils doivent faire face tous les jours.

Les démaquillants et gels nettoyants

Qu’ils soient sous forme d’huile, de gel ou de lait, les démaquillants et nettoyants pour le visage sont à utiliser au quotidien pour débarrasser la peau de ce qui l’obstrue. Mais comme tout produit, ces derniers ont une date de péremption à laquelle il vaut mieux s’astreindre pour ne pas prendre le risque de développement bactérien. Leur durée moyenne de conservation s’établie donc à 12 mois. Soit largement le temps pour vous de finir ceux que vous avez déjà entamé avant d’en ouvrir d’autres… 

Les sérum

Concentré en actifs, le sérum fait partie des produits qu’il faut appliquer avec parcimonie. Et si certaines d’entre nous ne manquent pas d’en mettre religieusement matin et soir, d’autres zappent cette étape plus souvent qu’il le faudrait. Sauf que le sérum ne se conserve pas très bien dans le temps. En moyenne, sa formule reste optimale jusqu’à 6 mois. Sa version bio, s’utilise quant à elle jusqu’à 4 mois. À ce rythme là, mieux vaut ne pas l’oublier !

Les crèmes hydratantes

Les crèmes hydratantes ont un délais de conservation très variable en fonction de leur contenant, de leur formule et de la façon dont vous l’utilisez. Si les experts conseillent généralement de terminer votre crème disposée dans du verre au bout de 6 à 12 mois, les formats pompe résistent beaucoup mieux à l’humidité et aux bactéries.

Quant aux soins bio, ils se conservent moins longtemps (6 mois maximum en moyenne) et doivent impérativement être manipulés avec une spatule pour ne pas contaminer la formule. 

Les huiles de soin

Les huiles de soin sont très sensibles à la température, à l’humidité et aux bactéries. Voilà pourquoi elles se conservent en moyenne 9 mois maximum. Et ce, qu’elles aient été ouvertes ou non. 

Les crèmes solaires

Même s’il est vrai qu’il est tentant de réutiliser une crème solaire qui n’aurait pas été terminée d’une année à l’autre, ce geste est en réalité à éviter. Voire à proscrire. L’exposition à la chaleur, le contact des mains sales, le sable, les différences de températures etc font de votre crème un véritable nid de bactéries qu’il vaut mieux éviter de vous remettre sur la peau. Quant aux filtres UV, ils sont devenus inefficaces au fil du temps. Il est donc plus prudent d’en racheter une chaque année.

Quels sont les risques si un produit est périmé ?

Un produit périmé est soit un produit dont les actifs sont inefficaces, soit un produit comédogène. C’est à dire qu’il peut boucher les pores de la peau et que les bactéries qu’il contient sont transférables sur l’épiderme. Dans les deux cas, il n’est vraiment pas conseillé de les réutiliser sur votre peau. À bon entendeur !

3 Shares
You May Also Like