Château du Launay : comment rééquilibrer sa flore intestinale ?

En plein cœur de la Bretagne, le concept de bien-être holistique du Château du Launay a été conçu pour offrir, à l’abri du tumulte du monde, un havre de ressourcement, une parenthèse propice au ralentissement, voire à la pause, un lieu hors du temps et hors catalogue pour se réinventer, et réinitier le dialogue avec soi et avec la nature bienfaitrice. Le Château du Launay propose des cures dans l’intimité d’un magnifique domaine rempli d’histoire et d’une nature préservée de 240 hectares de forêts depuis 2011, ainsi que des cures en ligne. Engagé dans une démarche écoresponsable, le domaine privilégie l’économie locale et les circuits courts. Carole Bogrand, fondatrice, et Nicolas Frenhault naturopathe, ont acceptés de transmettre leur savoir-faire en nous livrant quelques précieux conseils pour prendre soin de sa flore intestinale.

La flore intestinale, un organe essentiel

Ce qu’il faut savoir sur l’intestin :

  • 75% de nos cellules immunitaires y sont produites
  • ainsi que 80% de la sérotonine, neurotransmetteur du bonheur et de la sérénité
  • il est le lieu où se réalise toute l’assimilation pour nourrir nos milliards cellules et le bon fonctionnement de nos organes

Les signes de déséquilibres intestinaux

Certains symptômes nous alertent pour provoquer une prise de conscience. Il sera temps de rééquilibrer votre flore intestinale si vous êtes sujet aux :

  • Gaz et ballonnements
  • Digestion lourde et difficile
  • Mauvaise haleine
  • Constipation, diarrhée, voire les deux en alternance
  • Allergies
  • Maladies auto immunes
  • Problèmes cutanées, eczéma, psoriasis…
  • Prise ou perte de poids
  • Dépression, anxiété, stress, humeur changeante, manque d’énergie…

Prendre soin de sa flore intestinale

Seule une alimentation saine et équilibrée permettra de rééquilibrer durablement la flore intestinale. Pour cela, il est bon de privilégier :

  • Des fibres et prébiotiques naturels. Des fibres insolubles – pour un bon transit, un peu de céréales semi complètes – et des fibres solubles, qui nourrissent la flore. On les retrouve dans les légumes et fruits – à choisir frais et de saison. Attention à consommer les fruits avec modération et privilégier les légumes crus ou peu cuits selon la tolérance et la saison. On retrouve également ces fibres solubles dans la chicorée
  • Des lacto-fermentés, qui induisent la production d’acide lactique et nourrissent la flore et ses bonnes bactéries
  • Pollen frais, le ciste notamment, assainit, tonifie et nourrit la flore
  • Miso
  • Yaourts bulgares ou à la grecque selon tolérance
  • Chlorophylle. Les légumes verts assainissent et équilibrent la flore intestinale. La spiruline, les herbes de blé ou orge par exemple, et en hiver le chou, le céleri, le persil, les brocolis…
  • Psyllium. Véritable pansement intestinal et prébiotique naturel qui aide à un parfait transit
  • Boire une eau saine pour hydrater. Il faut savoir que nous produisons près de 7 litres de sucs digestifs par jour. Si on ne boit pas assez, les liquides sont dérivés vers les organes essentiels (foie, rein, cœur…) et sont prélevés dans l’intestin, ce qui assèche et appauvrit la flore
  • Et bien sûr, c’est même primordial, la MASTICATION, lente et complète. Véritable prédigestion en bouche, cela évite bien des fermentations, gaz, ballonnements et autres fatigues post prandiales

Les embûches à éviter

Le chlore de l’eau du robinet, bactéricide, abîme la flore ! Boire une eau de qualité, filtrée, chambrée. Privilégier une prise entre les repas et non pendant car sinon l’eau va diluer les sucs digestifs.

De même au sujet l’alimentation. Elle se doit d’être le plus exempte de produits chimiques, artificiels. Consommer le plus bio possible car sinon, les résidus de pesticides, herbicides, fongicides, et autres produits ont une action délétère sur la flore, ils tuent les bactéries, même les nôtres.

Limiter donc au maximum les aliments d’origine industrielle. Car ces derniers sont raffinés, sans fibres, contiennent trop de sucres et de graisses de mauvaise qualité. Ainsi que les viandes, aliments fumés, gluten, caséine, café, additifs qui agressent la flore…

Limiter également le gluten, surtout de blé : remplacer le blé par du petit épeautre ou de l’avoine qui contient un gluten différent, nettement moins agressif.

Enfin, remplacer le lait animal surtout le lait de vache, par des laits végétaux.

Techniques connexes

Hydrologie du colon. A réaliser par des professionnels, une fois par an. Il existe également des douches rectales que l’on peut faire soi-même.

Activités physiques. Améliore la circulation sanguine et aide à la bonne oxygénation intestinale. Marcher est aisé, et excellent pour l‘intestin. Compter au moins 30 à 40 minutes par jour pour en tirer les bénéfices.

Relaxation, méditation. Le stress est en effet un grand ennemi de l’intestin.

Respirations. Respirer est essentiel pour maintenir une flore en parfaite santé. Double action de la respiration : une action mécanique, par massage, brassage des intestins si l’on pratique la respiration abdominale et une action physico-chimique, par l’oxygénation du sang et des tissus.

Phytothérapie. Prendre des plantes en tisanes : Mélisse, Mauve, Myrtille (fruits), Cassis (feuilles), le Calendula…

Pour plus d’information sur les cures bien-être du Château du Launay, rendez-vous sur leur site web.

You May Also Like