Rencontre avec Lucile Champy, consultante en alimentation et auteure de “Détox”

0 Shares
6
0
1

Consultante en alimentation et auteure de l’ebook baptisé sobrement « Détox », Lucile Champy fait partie de ces femmes inspirantes qu’il est plaisant de croiser sur son chemin. Acheteuse pour un célèbre site de e-commerce, elle entame sa reconversion et décide de faire de sa passion pour la nutritherapie, un véritable métier. Le but ? Renseigner, guider et démystifier la détox avec bienveillance. Un beau programme, qui nous a donné envie d’en savoir plus. Rencontre.

Bonjour Lucile, merci pour cette interview et félicitations pour ton ebook ! C’est une mine d’or d’informations ludiques et de conseils pratiques. Peux-tu nous expliquer ton parcours, ce qui t’a mené à écrire un livre sur le sujet si complexe qu’est la détox ?

Merci beaucoup ! Pour tout te dire, cet ebook n’était absolument pas prévu. Je travaillais en effet depuis six mois sur un autre projet, encore plus ambitieux d’ailleurs (teaser alert). En plus de mes activités de coaching, je travaille à plein temps dans l’e-commerce. En décembre dernier, quelques collègues m’ont demandé de leur concocter une petite détox afin de les préparer au mieux aux fêtes de fin d’année. Je me suis prise au jeu et je me suis dit que ça pourrait également intéresser d’autres personnes. À partir de ce moment, je me suis lancée dans l’écriture du livre, et de là est né l’ebook.

Quels bienfaits ce livre a pu t’apporter personnellement ? 

J’ai appris énormément dans ce projet. Tout d’abord, j’ai toujours pensé que le plus dur était de rédiger le livre, au final je me suis rendue compte qu’il était encore plus compliqué de travailler la forme que le fond, surtout pour un premier ouvrage. Quand je parle de forme, je veux dire que j’ai mis du temps pour trouver la bonne mise en page (j’accorde énormément d’importance au design) et le bon endroit où le commercialiser. Au final, j’ai réussi à trouver les bonnes personnes pour publier ce livre et si j’ai bien appris quelque chose, c’est qu’il faut s’entourer d’experts si l’on souhaite un rendu professionnel. Je sais maintenant comment se passe la publication d’un ebook de A à Z et je perdrai moins de temps au prochain.

Et bien sûr, les critiques positives et la bienveillance de mes lectrices m’ont énormément touchées. Savoir qu’un livre puisse aider, c’est la plus belle chose qui puisse arriver et ça me pousse à aller encore plus loin à l’avenir.

Au fil de ton parcours, tu as rencontré beaucoup de gens inspirants. Quelle est, selon toi, la personne qui t’a appris le plus ?

Sans hésiter, mon amie Mathilde Lacombe que je cite souvent d’ailleurs mais à juste titre : c’est grâce à elle que j’ai commencé cette deuxième carrière. Elle m’a toujours poussé à aller plus loin et je lui dois beaucoup. C’est une entrepreneuse dans l’âme qui gère d’une main de maître sa marque Aime Skincare, sa vie bien remplie de maman et son compte Instagram. Elle a toujours une vision d’avance.

Au quotidien, quelle est ta routine perso ? 

Elle n’est pas forcément glamour, mais elle a le mérite d’être saine :

  • brossage de dents,
  • gratte-langue,
  • hydratation (en ce moment je fais une cure de sève de bouleau, j’en profite c’est de saison),
  • sport pour me donner l’énergie dont je vais avoir besoin pour la journée,
  • et matcha bulletproof avant de prendre le TGV direction Paris (hors période de confinement bien sûr).

Quel(s) type(s) de guilty pleasure t’accordes-tu ? Que conseilles-tu aux plus gourmandes d’entre nous ?

Je préfère ne pas parler de “guilty pleasure” ou de “cheat meal” car ils sont trop connotés négativement. Je préfère le terme de “treat meal” par exemple, car on a tous le droit de se faire plaisir sans que ce soit forcément mauvais. Je dis toujours à mes clients : « une salade ne va pas vous faire maigrir comme une pizza ne va pas vous faire grossir ». C’est la dose et la récurrence qui font le poison. Parmi mes petits plaisirs, je prépare de bons petits apéros le week-end ainsi que des gâteaux maison. Ils restent toujours plus sains que les versions industrielles, mais ils sont délicieux et c’est un vrai moment de plaisir pour moi. J’en abuse un peu d’ailleurs.

La cure que tu proposes dans ton e-book est basée sur des principes très doux pour les organes. De ton côté, as-tu fais des erreurs qui t’ont mené à faire ce constat ? 

C’est justement parce que j’ai eu des soucis de santé que j’ai commencé à m’intéresser à la nutrition. J’ai souffert comme beaucoup de problèmes de peau à l’adolescence qui ont poussé mes médecins à me donner maintes cures d’antibiotiques, de Roaccutane, et de pilules, ce qui a complètement détruit mon microbiote. Sans compter sur mon alimentation qui laissait à désirer et qui était finalement complètement pro-oxydante. Au final, je pensais faire bien mais je faisais mal. Avec mon compte Instagram, je milite pour expliquer aux gens comment prendre mieux soin d’eux afin qu’ils ne reproduisent pas mes erreurs. 

Que conseilles et déconseilles-tu à une personne qui débute une cure ? 

De bien se documenter, car on entend tout et n’importe quoi sur le sujet de la détox. La plupart des gens ne s’y prennent pas forcément correctement et se font plus de mal que de bien. D’où l’écriture de cet e-book, pour un programme holistique clair et clé en main, ainsi que toutes les explications pour bien comprendre comment cela fonctionne. Connaître le « pourquoi » en nutrition, c’est ce qui fait tenir une nouvelle routine alimentaire.

Es-tu une lectrice toi-même ? Quel(s) livre(s) recommandes-tu ? 

Bien sûr, je m’impose d’ailleurs de lire un peu tous les jours (les transports en commun sont tops pour ça), il y a tellement d’ouvrages passionnants sur le sujet de la nutrition notamment.

Le premier qui me vient en tête est celui du dr Stephen Cabral, “The Rain Barrel Effect“. Ma sœur m’avait fait découvrir ses podcasts il y a déjà quelques années, et ses sujets sont passionnants.

Quel est ton moteur dans la vie ?

Ma carrière de consultante en alimentation ! J’ai mis des années avant de trouver ma voie dans le monde professionnel. Maintenant que j’ai découvert mon « ikigai » (comme disent les centenaires d’Okinawa), ma vie a vraiment pris plus de sens et je travaille d’arrache-pied pour développer ma carrière et aider de plus en plus de personnes à manger mieux et consommer mieux. 

 Pour finir, quel est ton mantra ?

Il est peu original, mais tellement vrai : FOOD IS MEDECINE. On l’a malheureusement trop oublié à mon goût, mais j’ai bon espoir qu’ on y revienne peu à peu.

Retrouvez également la programmation bien-être avec le collectif Holissence sur notre Facebook.

Prenez soin de vous et de vos proches !

7 Shares
You May Also Like